Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Economie

Recherche

Ce blog va bientôt cesser d'exister, tout du moins de manière autonome. Le blog de l'Observatoire Société et Consommation (L'ObSoCo) prend progressivement la suite. D'ores et déjà les archives de ce blog y ont été transférées et chaque nouveau billet posté ici est également publié sur le site de l'ObSoCo. Je partagerai le blog de l'ObSoCo avec Nathalie Damery et Robert Rochefort, qui ont fondé avec moi l'Observatoire Société et Consommation, ainsi qu'avec l'ensemble des membres du Cercle de l'ObSoCo... A suivre !!

 

 

http://www.asso-lobsoco.org/le-blog-de-l-obsoco.html

 

 

Contact

15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 11:21

Il reste quelques places au sein du M2 Consultants et chargés d'études socioéconomiques de l'Université Paris-Diderot.

 

Les dossiers de candidature seront à télécharger du 25 août au 4 septembre 2014 sur le site de l'Université : http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=formations&np=INSCRIPTSPECIAL?NS=835#MPHME1H.

 

Début des cours, le 8 septembre.

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 18:14

Le 21 janvier dernier s'est tenu le premier colloque du Cercle de l'ObSoCo, organisé par l'ObSoCo, le master Consultants et Chargés d'études socioéconomiques de l'Université Paris Diderot, le Ladyss, avec le soutien du groupe La Poste et de Radio Moustic.

 

12 spécialistes de la consommation - dont Robert Rochefort et moi-même - se sont succédés à la tribune pour tenter de donner du sens aux nouveaux comportements de consommation, notamment à l'essor de la consommation collaborative. Une diversité de points d'observation et d'analyses sur une réalité en mouvement. Au total, un grand succès : un amphi bondé, mélant chercheurs et professionnels, et beaucoup de personnes qui nous n'avons pas pu accueillir.

 

Heureusement, Radio Moustic a capté l'ensemble des interventions. Vous pourrez les podcaster à partir du lien suivant :

 

 

 https://soundcloud.com/lobsoco/sets/podcast-colloque-obsoco-by 

 

 

 

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 15:45

L'ObSoCo (l'Observatoire Société et Consommation), le Ladyss (Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Territoires) et le master Consultants et chargés d'études socioéconomiques (CCESE) de l'Université Paris Diderot vous donnent rendez-vous le mardi 21 janvier de 14 à 19h pour assister au colloque « Consommations émergentes : la fin d'une société de consommation ? », qui se tiendra dans l'amphithéâtre Buffon de l'Université Paris-Diderot,
15 rue Hélène Biron, 75013 Paris. Les membres du Cercle de l'ObSoCo présenteront leurs analyses des mutations en cours du modèle de consommation.

PARTICIPERONT :

En savoir plus

Olivier Badot :
Professeur de marketing ESCP-EAP, IAE Caen 

En savoir plus

Christophe Bénavent :
Professeur de marketing à Paris Ouest 

En savoir plus

Enrico Colla :
Professeur à Novancia

En savoir plus

Dominique Desjeux :
Professeur d'anthropologie à l'Université Paris Descartes

En savoir plus

Benoit Heilbrunn :
Professeur de marketing ESCP-IAE

En savoir plus

Michel Henochsberg :
Professeur d'économie à Paris Ouest

En savoir plus

Nathalie Lemarchand :
Professeur de géographie à l'Université Paris 8

En savoir plus

Philippe Moati :
Professeur d'économie à l'Université Paris Diderot

En savoir plus

Robert Rochefort :
Economiste et sociologue

En savoir plus

Dominique Roux :
Professeur de marketing à l'Université Paris Sud

En savoir plus

Valérie Sacriste :
Maître de conférence en sciences sociales à l'Université Paris Descartes

En savoir plus

Christian du Tertre :
Professeur de sciences économiques à l'Université Paris Diderot

En savoir plus

Pierre Volle :
Professeur de marketing, Paris Dauphine

 

Entrée gratuite, inscription obligatoire sur le site de l'ObSoCo


Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 16:12

n.damery@lobsoco.com

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 13:24

Vous êtes étudiants ?

Participez à l'enqupete sur les étudiants et la consommation collaborative que réalise les étudiants du master Consultants et chargés d'études socioéconomiques. Merci de consacrer quelques minutes à répondre à leurs questions sur :

 

https://docs.google.com/forms/d/1SNAXme1EkWUZlF7uwK3e_o1UZ0FP_v-nGmLDmFnTsYU/viewform?usp=drive_web&edit_requested=true&pli=1

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 13:07

Ci-dessous, le texte de mon interview par Sophie Amsili, publié par Europe1.fr le 4 janvier 2013.

 

Pour accéder à l'article sur le site (et lire les commentaires), cliquer ici.

 

 

 

Durement concurrencés, les magasins de biens culturels doivent réfléchir à un nouveau modèle.

Les magasins Virgin vont probablement bientôt disparaître. La direction compte annoncer la cessation de paiement, qui ouvre la voie, faute de repreneur, à une liquidation judiciaire. Mais Virgin n'est pas la seule enseigne du secteur à souffrir : la Fnac a ainsi annoncé un plan d'économies et des suppressions de postes et Surcouf a été mis en liquidation judiciaire. Pourquoi le commerce de biens culturels est-il confronté à de telles difficultés financières ? Philippe Moati, professeur d'économie à l'Université Paris-Diderot, décrypte pour Europe1.fr les principaux facteurs du déclin de ce marché.

 

La percée du e-commerce. Le secteur est confronté à "un choc numérique" qui a créé deux tendances de fond, analyse Philippe Moati. La première est la percée du e-commerce. Les ventes physiques de musique ont ainsi reculé de près de 15% sur les neuf premiers mois de l'année 2012, alors que les ventes en ligne ont augmenté de près de 14%, selon les chiffres de la Snep, le syndicat national de l'édition phonographique.

 

"Il y a du monde dans les magasins. On aime bien y flâner, mais on achète ailleurs", constate Philippe Moati. "En ligne, les prix sont nettement moins élevés pour les DVD, les CD et les équipements électroniques." Quant au secteur le moins touché, le livre, il devrait bientôt faire face à la même concurrence avec le développement des "liseuses". A la tête de ce nouveau marché : des géants internationaux comme Amazon, mais aussi Apple et Google. Même si la Fnac a, très tôt, ouvert son propre site Internet, les distributeurs français auront du mal à s'imposer sur ce marché, craint Philippe Moati.

 

Les biens culturels dématérialisés. C'est la deuxième conséquence de la révolution numérique. Il n'est plus nécessaire de dépenser dans les magasins : avec un ordinateur, une tablette ou un smartphone, les chansons, les films, les séries ou encore les jeux vidéos se consomment en ligne ou se téléchargent. La dématérialisation est en marche. "Une évolution lourde et irréversible, pire que la concurrence du e-commerce", juge Philippe Moati.

 

Quelle évolution ? Est-ce pour autant la mort de ce type de commerce ? "Il y en aura sans doute encore un petit nombre", pronostique Philippe Moati, "mais ils ressembleront peut-être plus à des showroom où on paiera pour exposer ses produits", via des événements ou des concerts par exemple. "Si Virgin tombe, cela laissera peut-être un peu de temps à ses concurrents pour se repositionner, ajoute Philippe Moati. Il leur faudra réfléchir à la taille des magasins, à leur vocation entre vente et animation, et à la diversification des produits, comme le fait la Fnac avec l'électroménager. Mais rien n'est encore fait."

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:24

L'association des anciens élèves du Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques de l'Université Paris-Diderot a le plaisir de vous inviter à sa première conférence sur le thème du futur des métiers des études et du conseil qui aura lieu le 14 juin de 18h30 à 21h00.

 


Réseaux sociaux, blogs, forums : quelles utilisations dans les études quali-quanti ?

 

Dans les locaux de Sociovision
16 rue d'Athènes
75009 Paris
Métro : Saint-Lazare
L. 3, 9, 12, 13, 14
RER E

 

 

Les plateformes participatives online prennent de plus en plus d’essor. Comment les instituts d’études et les annonceurs peuvent-ils traiter ces nouvelles sources d’information ? Quelles sont les techniques de recueil et d’exploitation envisageables ? Quels avantages et quelles limites ?

 

18h00 Accueil des participants

Introduction par Philippe MOATI Économiste et directeur du Master CCESE Co-fondateur de l'Observatoire Société et Consommation

 

Interventions
• Isabelle FLANDREAU Fondatrice et dirigeante chez Médiasphère Conseil Ex-Directrice du pôle Média et numérique chez IFOP
• Hugues WANNER Co-fondateur et directeur des études associé chez 1Fludigital
• Frédéric LEFEBVRE-NARÉ Directeur scientifique associé chez H2O Directeur du développement, associé chez SATISWAY Consultant-fondateur du cabinet I.S.É.E. 20h00 Échanges avec les participants


21h00 Cocktail

 

Inscription et renseignements
contact@ccese-are.com

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:29

 

 

Le modèle de la grande distribution atteint aujourd’hui ses limites. Alors que le potentiel de croissance est saturé, ce modèle est confronté aux évolutions de la société qui ont progressivement ébranlé les fondements de la consommation de masse. Plus fondamentalement, la grande distribution doit s’adapter à un nouveau capitalisme et aux nouveaux fondements de la création de valeur et aux nouvelles technologies-clés qui lui sont associés. Une révolution commerciale est en cours qui changement en profondeur le visage de l’appareil commercial et les modèles économiques d’entreprise, mais aussi l’architecture des filières qui mènent la satisfaction des besoins de ménages, remettant en cause les frontières sectorielles, verticales et horizontales, établies. Les distributeurs sauront-il négocier ce virage et faire de cette nouvelle révolution commerciale un facteur de relance de leur dynamique ?

 

Le secteur du commerce est engagé dans un épisode de transformation profonde. Il doit faire face à l’accélération des changements dans les comportements de consommation qui remettent en cause les fondamentaux du modèle de consommation de masse sur lequel s’est appuyé le développement de la grande distribution alimentaire et non-alimentaire. Cette évolution intervient alors que les entreprises de la grande distribution, qui ont épuisé leur potentiel de croissance sur le marché domestique, éprouvent les limites de leur modèle économique (le modèle du « discount »). Dans le même temps, elles sont confrontées aux transformations plus générales du capitalisme : le capitalisme industriel fordien dont elles sont issues pour la plupart, a cédé la placer à une économie où la création de valeur repose fondamentalement sur la capacité à générer et à exploiter des actifs immatériels tels que des compétences rares, des marques fortes, un capital relationnel solide… avec en toile de fond la diffusion tous azimuts des technologies de l’information et de la communication. Ce nouveau contexte impose aux entreprises du secteur de la distribution de réviser en profondeur leurs stratégies, d’inventer de nouveaux concepts commerciaux, voire des modèles économiques alternatifs. Elles sont engagées dans une véritable « révolution commerciale » qui accouchera d’un paysage commercial profondément remodelé ainsi que de la transformation de l’architecture des marchés de consommation (notamment dans les modalités de la division du travail entre le stade de la production et celui de la distribution).

 

Fondamentalement, cette révolution commerciale correspond au basculement du monde du commerce d’une logique centrée sur les produits à une « orientation-client ». Ce mouvement s’opère en deux étapes. La première consiste dans le passage d’une distribution de masse à un commerce de précision, consistant à exploiter intensivement chaque segment de marché par la construction d’offres dédiées, et permettant d’amorcer la construction de modèles économiques reposant sur la création de valeur ajoutée par la différenciation et la fidélisation de la clientèle. La seconde étape consiste dans l’adoption de modèles serviciels, consistant à inscrire la relation marchande dans la perspective de la fourniture aux consommateurs, non pas de produits en soi, mais d’effets utiles ou de solutions plus ou moins intégrées à des problèmes de consommation ciblés.

 

Ce contexte exige un important effort d’adaptation de la part des entreprises de la distribution qui met à l’épreuve leur capacité à surmonter les facteurs d’inertie mentale, organisationnelle et cognitive. Si la nouvelle donne est incontestablement une source d’opportunités pour les entreprises de la distribution afin de relancer leur dynamique de croissance, elle comporte aussi des risques importants de remise en cause de leur leadership dans la satisfaction des besoins des ménages, car des acteurs de tous les secteurs de l’économie œuvrent aujourd’hui pour jouer le rôle « d’intégrateur » au service des consommateurs.

 


Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:17

  ANNULATiON - La journée d'étude sera reprogrammée ultérieurement.

 

 

Vendredi 13 avril 2012 : MSH (Paris Nord)
4 rue de la croix Faron
93210 St-Denis la Plaine
(Précisions d’accès: http://www.mshparisnord.fr/fr/la‐msh‐paris‐nord/contacts/acceder‐a‐la‐mshpn.html)

 

Cette journée d’étude se propose de présenter les conséquences de la révolution commerciale en cours sur les espaces urbains. D’un côté, une logique dominée par l’offre est porteuse d’une évolution du secteur qui combinerait et complèterait la commercialisation de biens par des services. Il s’agira donc d’abord de présenter les conséquences de cette transformation en ce qui concerne l’organisation spatiale et l’évolution des pratiques urbaines. Les contradictions en terme de fragmentation de l’espace urbain qu’elle est susceptible de générer devront aussi être spécifiées. Les enjeux pour les villes de cette transformation de l’organisation du secteur seront aussi explorés à une série d’autres niveaux : demande de services publics et sociaux, sécurité, relation des villes avec les territoires qui les entourent, contestations et alternatives, impact environnemental... Il s’agit donc de faire apparaître l’évolution du secteur comme un processus ouvert dont les diverses issues possibles peuvent avoir des conséquences contrastées. Ce faisant, cette journée d’étude contribuera aussi à informer les politiques publiques, notamment celle des villes, sur la manière dont elles peuvent anticiper et peser sur ce processus.

 

 

PROGRAMME
Matinée : 9h30‐9h30‐12h30
Amélie Renard (CMH‐PRO)
Privatisation et sécurisation des espaces commerciaux urbains au prisme du genre : le cas de Riyad
François Bonnet (University of Amsterdam)
Contrôle et ordre social dans les espaces commerciaux
Alain Bertho (Paris VIII, MSH Paris Nord)
Commerce, révoltes et violence urbaines


Déjeuner : 12h30 – 13h30


Après‐midi : 13h30 ‐16h30
Vincent Bodic (Ladyss)
Insertion urbaine et commerciale d'un Marché dans la ville – Saint Étienne
Brice Navereau (LISST-Cieu, UMR 5193))
Commerce de proximité à Toulouse et Saragosse
François Bogliacino (Ladyss)
Les nouveaux circuits de distribution à Almaty

 

 


RESEAU INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHE
CRISES ET MUTATIONS DE LA DISTRIBUTION
www.mshparisnord.org/rid/rid.htm

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:09

J'ai le plaisir d'annoncer la sortie d'un nouvel ouvrage collectif du groupe de réflexion Economie du Forum d'Action Modernités publié sous la direction de Philippe Lemoine, auquel je participe depuis plusieurs année.

Les auteurs : François Fourquet, Michel Henochsberg, Philippe Lemoine, Philippe Moati, Yann Moulier Boutang, Didier Toussaint, Michel Volle, Robert Zarader.

 

Le débat politique tente d’accélérer ou de freiner la croissance, de l’orienter ou de la piloter. Pourtant, rien de tout cela ne peut plus exister si, en amont, on ne cherche pas, à nouveau, à penser la croissance. C’est le propos du livre Une croissance intelligente… Demandons l’impossible !

Le principe fondateur de la croissance a changé : c'est aujourd’hui, d'abord, l’intelligence partagée. Dès lors, toute la problématique se déplace. L’extraction de la croissance n’obéit plus aux mêmes mécanismes ni aux mêmes aiguillons. Et la question politique de son articulation avec la société ne se pose plus dans les mêmes termes.

Le mécanisme démultiplicateur de cette croissance fondée sur l’intelligence partagée n’est plus la division du travail mais le travail en réseau. L’informatisation transforme la substance même de l’industrialisation, l’architecture des réseaux s’est construite en référence à une communication entre égaux, de pair-à-pair, qui incarne les utopies et les espérances des années 60.

L’aiguillon stimulateur, ce qui fait courir les hommes, s’organise dans des coopérations qui redisposent les échelles spatiales et les mises en relation des acteurs, elles transforment les comportements et les interactions sociales. Les visions utilitaristes de l’homme et du moteur rationnel que serait l’intérêt sont remises en cause. Et les représentations mêmes que la psychanalyse donne du jeu secret des pulsions sont à revisiter. Naïveté ou nouvelle donne fondamentale ?

Enfin, la régulation des régimes nouveaux de la croissance et de son agencement institutionnel et social, est en pleine mutation. Mutation dans les modes de consommation et les rapports entre consommateurs et entreprises, dans l’émergence d’une économie des effets utiles. Le système de production économique dans son ensemble commence à asseoir sa croissance sur la réinternalisation des externalités du jeu économique s’ouvrant ainsi à une économie pollen. Prémices d’une croissance intelligente.

 

L'ouvrage dans son ensemble livre une vision stimulante (et relativement optimiste) de ce que pourrait être l'avenir du capitalisme. Ma contribution porte sur la refondation du modèle de consommation. j'y approfondi mes réflexions sur l'économie des effets utiles. 

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Actualité
commenter cet article

Les Articles Récents

  • Le "faire" comme composante d'une "bonne consommation"
    The Conversation a publié les textes reprenant les propos tenus par les membre du Cercle de l'ObSoCo durant le colloque "Dé-penser la consommation" qui s'est tenu le 26 janvier 2017. Merci à The Conversation, l'ESCP, le master MECI de Paris Diderot, le...
  • Extension du domaine du consumérisme
    Ci-dessous, le texte de mon entretien avec Côme Bastin, publié dans Socialter d'août-septembre 2016 et repris dans le OuiShare Magazine le 1er septembre 2016. Pour lire l'interview sur le site de OuiShare Magazine,cliquez ici. Faut-il comprendre, à la...
  • Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques : ultime session de recrutement
    Dernière fenêtre de tir pour postuler à l'entrée du Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris Diderot. Ouverture de l'application e-candidat entre le 25 et le 30 août 2016, pour une épreuve écrite de sélection le...
  • Parution de "La société malade de l'hyperconsommation"
    Mon nouveau livre, La société malade de l'hyperconsommation, sort en librairie aujourd'hui. Dans cet essai, je tente d'établir un lien entre le malaise qui saisit la société française (et plus généralement les sociétés occidentales) - de la jeunesse tentée...
  • Master CCESE : deuxième session de recrutement
    La première session de recrutement pour la prochaine rentrée du M2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris-Diderot est terminée. Les dossiers de candidatures pour la deuxième session doivent être adressé sur le site de...
  • M2 CCESE : Lancement du recrutement de la nouvelle promo
    La compagne de recrutement de la prochaine promotion de Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" démarrera le 15 avril 2016. Inscription sur www.univ-paris-diderot.fr. Plus d'info sur www.ccese.info.
  • Pour une "bonne consommation"
    S'il semble peu réaliste de prôner la "déconsommation" ou la frugalité, les limites du modèle de consommation actuel sont de plus en plus évidentes, sur le plan environnemental bien sûr, mais aussi sur le sociétal. Dans cette vidéo, j'esquisse ce que...
  • Economie collaborative : menace ou opportunité pour le capitalisme ?
    A l'invitation de l'Association des chercheurs en enseignants tunisiens en France, je donnerai une conférence ouverte au public sur le thème "L'économie collaborative : menace et opportunité pour le capitalisme" le mercredi 13 avril 2016 à 19 h à la Cité...
  • La location, l'avenir du marché de l'habillement ?
    Une petite vidéo tournée en soutien à la levée de fond lancée par l'Habitbliothéque sur KissKissBankBank.
  • Portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention"
    Les portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention" de l'Université Paris-Diderot se dérouleront le mardi 22 mars 2016 dans l'amphi 10 E du bâtiment de la Halle aux Farines. Nous y présenterons l'esprit général du master,...