Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Economie

Recherche

Ce blog va bientôt cesser d'exister, tout du moins de manière autonome. Le blog de l'Observatoire Société et Consommation (L'ObSoCo) prend progressivement la suite. D'ores et déjà les archives de ce blog y ont été transférées et chaque nouveau billet posté ici est également publié sur le site de l'ObSoCo. Je partagerai le blog de l'ObSoCo avec Nathalie Damery et Robert Rochefort, qui ont fondé avec moi l'Observatoire Société et Consommation, ainsi qu'avec l'ensemble des membres du Cercle de l'ObSoCo... A suivre !!

 

 

http://www.asso-lobsoco.org/le-blog-de-l-obsoco.html

 

 

Contact

6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 12:05

Laurent Faibis, le président du groupe Xerfi, m’a demandé ainsi qu’à d’autres économistes quels étaient mes trois grands vœux économiques pour 2013. Une série de vidéo sera prochainement diffusée sur Xerfi Canal. J’ai bien sûr été d’abord tenté de mettre en avant les grands sujets du moment, la gestion de la crise de l’euro, la politique budgétaire et les négociations syndicats-patronat :

 

Mais finalement, mes vœux vont porter sur des aspects qui renvoient aux conditions de vie, c’est-à-dire à la fois au niveau de vie et la qualité de la vie des Français. Certes, il s’agit de problématiques moins « chaudes », qui peuvent paraître moins importantes que ce qui relève de la politique macroéconomique, et qui de surcroît ne se prêtent pas à des mesures susceptibles de produire des effets spectaculaires à court terme. Pour autant, je suis convaincu qu’il y a derrière la question des conditions de vie, tout d’abord un enjeu capital pour la cohésion sociale et l’avenir politique de notre pays, mais aussi des leviers originaux pour relancer la compétitivité de l’économie française. J’y reviendrai en conclusion.

 

Mes trois vœux en relation avec les conditions de vie correspondent à trois préoccupations majeures des Français : le pouvoir d’achat, le logement et la mobilité.

 

Voici maintenant une dizaine d’années qu’une large majorité de Français exprime dans les enquêtes le sentiment d’un recul de leur niveau de vie. Et depuis 2011, les statistiques de l’INSEE rejoignent le ressenti des ménages : le pouvoir d’achat est effectivement en baisse. L’installation d’un sentiment de paupérisation dans une société qui continue de graviter autour de la consommation, qui attise en permanence les braises du désir de posséder, ne peut conduire qu’à la frustration et au mécontentement. L’État est désormais totalement impuissant à répondre aux attentes en matière de pouvoir d’achat. Pire, on le sait, la politique de redressement des comptes publics fera certainement de 2013 l’une des pires années sur le front du pouvoir d’achat que la France ait connu depuis la Reconstruction. A défaut de pouvoir augmenter le pouvoir d’achat des ménages, il convient de tenter d’améliorer leur pouvoir de consommation en les aidant à consommer mieux. Le gouvernement prépare une loi sur la consommation qui sera présentée au printemps. Mon vœu est que cette loi intègre des mesures ambitieuses pour promouvoir un nouveau modèle de consommation, fondé sur les effets utiles et la qualité, et qui permette à chacun d’obtenir plus avec moins, moins de pouvoir d’achat et moins de consommation de ressources non renouvelables. Parmi ces mesures, l’allongement très significatif – à 5 ou 10 ans – de la durée de garantie sur les biens durables ferait figure de symbole. Mais on pense aussi à des mesures qui pourraient soutenir le développement de toutes les formes de consommation collaborative ou bien, sur le plan de la normalisation, promouvoir la conception modulaire des produits de manière lutter contre l’obsolescence programmée et à injecter davantage de concurrence sur certains marchés.

 

La question du pouvoir d’achat interfère directement avec celle du logement. Rappelons qu’un ménage sur deux lui consacre plus de 18 % de son revenu, mais que ce « taux d’effort » monte jusqu’à 27 % pour les locataires du secteur libre et pour les accèdents à la propriété. Et ce ne sont là que des moyennes : les jeunes et les catégories les plus modestes sont les plus touchés. Réduire le coût du logement, c’est donner un sérieux coup de pouce au pouvoir d’achat. C’est aussi permettre aux classes moyennes de renouer avec un rêve d’accès à la propriété qui, s’il reste toujours aussi fort, devient de plus en plus problématique. S’attaquer au problème du logement, c’est aussi, bien sûr, s’attaquer au problème des mal-logés ou des sans-abris, dont le nombre s’accroît avec la progression de la pauvreté. Le gouvernement a adopté un train de mesures pour tenter de relever le défi du logement. Outre qu’elles mettront nécessairement du temps à produire leurs effets, il est à craindre qu’elles ne soient pas à la hauteur de l’enjeu. Notre pays a besoin d’une véritable mobilisation en faveur du logement, ce qui suppose vraisemblablement que l’Etat se montre plus autoritaire auprès des collectivités locales, que des plans ambitieux soient définis à l’échelle des intercommunalités…

 

Mon troisième vœu porte sur la question de la mobilité, et plus précisément de la mobilité dans les grandes agglomérations. L’étalement urbain qui continue de marquer la croissance des grandes villes – qui n’est pas sans lien avec la question du coût du logement – se traduit pour beaucoup de Français par la « galère » au quotidien, notamment dans la navette domicile-travail. La situation est à son paroxysme en Ile-de-France où les infrastructures de transports (autoroutes, trains, RER…) sont saturées. Outre le coût économique du temps perdu dans les transports, il y a là un important facteur de dégradation de la qualité de la vie quotidienne, de fatigue, de stress… Les politiques semblent avoir conscience du problème. Chaque grande métropole s’est attelée à améliorer ses infrastructures, les plans de circulations… comme en Ile-de-France avec le chantier du tramway à Paris ou les nouvelles lignes de métro associées au Grand Paris. Mon premier vœu en la matière est que l’austérité budgétaire ne conduise pas – comme on peut légitimement le craindre – à un gel ou à un ralentissement des projets en cours. En tout état de cause, toute solution impliquant les infrastructures ne peut produire ses effets que de manière très différée. En attendant, je formule le vœu de la multiplication des initiatives innovantes pour tenter d’apporter des solutions en prenant le problème par d’autres bouts. En misant sur « l’économie de la proximité », c’est-à-dire en s’efforçant de réduire les occasions de se déplacer. L’un des aspects de cette économie de la proximité sans doute le plus prometteur porte sur le télétravail, à domicile ou bien au sein de « bureaux de proximité » ou d’espaces de « co-working ». En permettant aux salariés qui exercent une activité compatible avec le télétravail, de « télétravailler » 1 ou 2 jours par semaines, on réduit la saturation des infrastructures et on améliore la qualité de la vie non seulement des télétravailleurs mais aussi de l’ensemble des usagers des infrastructures de transport.

 

Les quelques chantiers que je viens d’esquisser ne sont que des illustrations de ce que je souhaite voir formuler comme une véritable politique des conditions de vie. Il y a urgence. Il y a urgence à redonner du sens à l’action publique. Difficile de mobiliser, de faire rêver avec des objectifs de réduction des déficits publics, ou même avec le solde de la balance commerciale. Le risque que nous courrons à négliger le quotidien des gens, à faire que l’action politique ne soit perçue que sous l’angle de sacrifices à consentir pour des finalités peu comprises, c’est le risque de dégrader encore le moral des Français et leur rapport à la politique. Depuis le début des années 2000, les indicateurs qui cernent la psychologie des Français convergent vers un diagnostic alarmant : chute du moral, sentiment d’appauvrissement, déclin de la confiance tous azimuts et en particulier à l’égard des politiques et des élites… Autant d’éléments que l’on est tenté de rapprocher des comportements électoraux : montée de l’abstention, attractivité des extrêmes. Engager un politique des conditions de vie, c’est donc, en se donnant un projet collectif, répondre aux préoccupations des Français et, peut-être, calmer la tentation populiste.

 

Mais une politique des conditions de vie doit aussi être conçue comme une dimension, jusqu’ici trop négligée, d’une stratégie globale de restauration de la compétitivité de la France. 1) En favorisant l’engagement résolu des entreprises françaises dans un nouveau modèle de développement, dans une économie de la qualité, une économie tendues vers la fourniture d’effets utiles et l’apport de solutions, qui se montre économe en ressources non renouvelables, et qui peut s’appuyer pour cela sur cette volonté très largement partagée par les Français de « consommer mieux ». 2) Se donner l’objectif d’améliorer la qualité de la vie en France c’est aussi renforcer l’attractivité du territoire national pour l’implantation des entreprises étrangères et, peut-être plus encore, pour l’attraction des individus talentueux – entrepreneurs, artistes, chercheurs – du monde entier dont on sait qu’ils sont de plus en mobiles dans le monde globalisé, à la recherche d’un environnement leur assurant une vie de qualité. Non, le niveau de la pression fiscale, n’est pas le seul ni même le principal déterminant de la localisation des talents !

 

Pour me résumer donc, je formule le vœu que les urgences que nous nous sommes données sur le plan macroéconomique ne détourne pas le gouvernement de proposer un projet de société, cette fameuse « politique de civilisation » proposée par Edgard Morin reprise un temps par Nicolas Sarkozy et que je reformulerais plus simplement comme politique des conditions de vie. Le temps presse. Il est temps de montrer la voie et d’ouvrir les chantiers.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Consommation et modes de vie
commenter cet article

commentaires

Les Articles Récents

  • Le bonheur par le "faire"
    Dans cette vidéo, je fais un survol des principaux résultats de l'Observatoire du "Faire" l'ObSoCo/La Maif. Interview de Philippe MOATI et Elisabeth VRTIPRASKI
  • Le "faire" comme composante d'une "bonne consommation"
    The Conversation a publié les textes reprenant les propos tenus par les membre du Cercle de l'ObSoCo durant le colloque "Dé-penser la consommation" qui s'est tenu le 26 janvier 2017. Merci à The Conversation, l'ESCP, le master MECI de Paris Diderot, le...
  • Extension du domaine du consumérisme
    Ci-dessous, le texte de mon entretien avec Côme Bastin, publié dans Socialter d'août-septembre 2016 et repris dans le OuiShare Magazine le 1er septembre 2016. Pour lire l'interview sur le site de OuiShare Magazine,cliquez ici. Faut-il comprendre, à la...
  • Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques : ultime session de recrutement
    Dernière fenêtre de tir pour postuler à l'entrée du Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris Diderot. Ouverture de l'application e-candidat entre le 25 et le 30 août 2016, pour une épreuve écrite de sélection le...
  • Parution de "La société malade de l'hyperconsommation"
    Mon nouveau livre, La société malade de l'hyperconsommation, sort en librairie aujourd'hui. Dans cet essai, je tente d'établir un lien entre le malaise qui saisit la société française (et plus généralement les sociétés occidentales) - de la jeunesse tentée...
  • Master CCESE : deuxième session de recrutement
    La première session de recrutement pour la prochaine rentrée du M2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris-Diderot est terminée. Les dossiers de candidatures pour la deuxième session doivent être adressé sur le site de...
  • M2 CCESE : Lancement du recrutement de la nouvelle promo
    La compagne de recrutement de la prochaine promotion de Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" démarrera le 15 avril 2016. Inscription sur www.univ-paris-diderot.fr. Plus d'info sur www.ccese.info.
  • Pour une "bonne consommation"
    S'il semble peu réaliste de prôner la "déconsommation" ou la frugalité, les limites du modèle de consommation actuel sont de plus en plus évidentes, sur le plan environnemental bien sûr, mais aussi sur le sociétal. Dans cette vidéo, j'esquisse ce que...
  • Economie collaborative : menace ou opportunité pour le capitalisme ?
    A l'invitation de l'Association des chercheurs en enseignants tunisiens en France, je donnerai une conférence ouverte au public sur le thème "L'économie collaborative : menace et opportunité pour le capitalisme" le mercredi 13 avril 2016 à 19 h à la Cité...
  • La location, l'avenir du marché de l'habillement ?
    Une petite vidéo tournée en soutien à la levée de fond lancée par l'Habitbliothéque sur KissKissBankBank.