Les articles récents

  • Consommations émergentes : la fin d'une société de consommation ?
    Le 21 janvier dernier s'est tenu le premier colloque du Cercle de l'ObSoCo, organisé par l'ObSoCo, le master Consultants et Chargés d'études socioéconomiques de l'Université Paris Diderot, le Ladyss, avec le soutien du groupe La Poste et de Radio Moustic.   12...
  • Manuel d'étude de secteurs, volume 4 : les stratégies
    Vous avez été nombreux à me demander de mettre en ligne les autres volumes de mon "manuel" d'étude de secteurs (lequel, je le rappelle, commence à dater et n'a jamais été achevé). Voici donc le volume 4, consacré à l'analyse des stratégies d'entreprises. Il se décompose en deux...
  • Colloque Consommations émergentes : la fin d'une société de consommation ?
    L'ObSoCo (l'Observatoire Société et Consommation), le Ladyss (Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Territoires) et le master Consultants et chargés d'études socioéconomiques (CCESE) de l'Université Paris Diderot vous donnent rendez-vous le mardi 21 janvier de 14 à...
  • ITW L'Express : "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel"
    L'Express m'a fait l'honneur d'une double page d'interview dans son numéro de cette semaine, dont la cover est consacrée aux nouveaux comportements de consommation.   Pour accéder à l'Interview : cliquer ici      ...
  • 80% des Français ne font pas confiance aux assureurs
    La dernière étude conduite par Le Lab[1], Péoléo[2] et l’ObSoCo[3] sur l’état de la confiance des Français dans les sociétés d’assurance montre que pour 9 Français sur 10, la confiance est considérée comme un élément important pour être client d’une société d’assurance. Pourtant ils sont...
  • L'ObSoCo recrute un(e) chargé(e) d'études !
    L’ObSoCo (l’Observatoire Société et Consommation) recrute un chargé d’études pour participer à son développement dans le domaine de l’étude des nouveaux modes de consommation et des transformations du commerce. Profil recherché : Formation en sciences sociales (économie,...
  • L'hyper : la crise de la cinquantaine
    Eh oui ! L'hypermarché va bientôt fêter ses 50 ans.   Le premier hyer (invention française !) a ouvert ses portes le 15 juin 1963 à Sainte-Geneviève des Bois. S'il a encore de beaux restes, il accuse aussi son âge et doit faire face à la crise de la cinquantaine...
  • Enquête Les étudiants et la consommation collaborative
    Vous êtes étudiants ? Participez à l'enqupete sur les étudiants et la consommation collaborative que réalise les étudiants du master Consultants et chargés d'études socioéconomiques. Merci de consacrer quelques minutes à répondre à leurs questions sur :  ...
  • Un recul de l'usage de la voiture ?
    Alors que les derniers chiffres publiés révèlent une nouvelle chute du marché automobile et que le gouvernement évoque la possibilité d'augmenter la fiscalité sur le gazole, je suis tombé par hasard sur des statistiques publiées par l'INSEE en novembre 2012 sur les modes de transport...
  • La consommation peut-elle relancer la croissance ?
    C'est la question qu'Atlanco m'a demandé de traiter en 3000 signes...   En substance : non ! Le problème de la France réside avant tout dans la compétitivité internationale de son système productif. Plus que d'une réduction du coût du travail, la France a besoin...
Liste complète

W3C

  • Flux RSS des articles

Wikio - Top des blogs - Economie

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Jeudi 22 décembre 2011 4 22 /12 /Déc /2011 17:05
- Publié dans : Consommation et modes de vie

Les Echos du 22 décembre 2011 publient une interview réalisée par Frederic Schaeffer dans laquel j'avance une partie de mes hypothèses concernant l'évolution du pouvoir d'achat des Français en 2012 et ses conséquences sur les comportements de consommation.

« Il n'y a pas de miracle à attendre du côté du revenu des ménages »

Les Français ont-ils raison de s'inquiéter pour leur pouvoir d'achat ?

Oui. Pour 2012, c'est très mal parti. Après des années de polémiques entre le pouvoir d'achat ressenti par les Français et le pouvoir d'achat mesuré par les économistes, 2012 risque de mettre tout le monde d'accord. Rapporté par ménage, le pouvoir d'achat pourrait reculer, ce qui n'a pas été le cas en 2009-2010. Du côté du revenu disponible, il n'y a pas de miracle à attendre : va se combiner une croissance économique, au mieux très molle, et la montée en puissance des mesures de rigueur annoncées, avec une hausse des impôts et une réduction des prestations sociales. Du côté des prix, la dynamique est plus incertaine. Certes, il va y avoir une petite hausse du taux réduit de TVA sur certains produits. Mais l'on observe actuellement un reflux du cours des matières premières énergétiques et alimentaires, qui pourrait jouer positivement dans les prochains mois. En revanche, l'histoire ne sera plus la même si les cours remontent, tirés par des pays émergents qui resteraient épargnés par la crise et si la dépréciation actuelle de l'euro se poursuivait, renchérissant le prix des produits importés. Le pouvoir d'achat serait alors sanctionné côté revenu et côté prix.

Les modes de consommation vont-ils changer ?

Les Français ont le sentiment de s'appauvrir depuis plusieurs années et ont déjà modifié leurs comportements. La tendance va se poursuivre. Cela passe par une sensibilité accrue aux prix et par des comportements d'arbitrage. Mais les marges de manoeuvre sont faibles. Car les dépenses contraintes (loyer, alimentation de base, essence, télécoms) ont tendance à s'accroître, tandis que beaucoup de Français cherchent à préserver au maximum les dépenses « plaisirs » (sorties, vacances...). L'essentiel des sacrifices va donc se faire dans les dépenses du quotidien, c'est-à-dire sur ce que l'on achète dans les supermarchés. Mais être obligé de se serrer la ceinture sur des produits de grande consommation est dévastateur sur le plan psychologique et renforce le sentiment de paupérisation. Reste à savoir si les Français vont puiser dans leur bas de laine pour maintenir un certain niveau de consommation, comme ils l'avaient fait en 2008. Aujourd'hui, l'anxiété est très forte et incite à l'épargne de précaution.

 

Dans ce contexte, le débat politique autour du « made in France » n'est-il pas vain ?

Si le critère prix l'emporte au moment de l'acte d'achat, les Français se déclarent de plus en plus sensibles à la qualité des produits. Ils prennent peu à peu conscience qu'acheter moins cher n'est pas forcément toujours avantageux. Le « made in France » peut donc avoir du potentiel. Mais encore faut-il que les Français bénéficient d'une contrepartie au fait d'acheter français. Il faut conclure un pacte entre les consommateurs et les industriels : au-delà de la localisation de la production, les produits doivent aussi correspondre à un engagement de qualité. Pourquoi ne pas étendre significativement la durée de la garantie sur les biens « made in France » ?

Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés