Les articles récents

  • Au-delà du prix le plus bas, une certaine recherche de qualité
    L'ObSoCo vient de publier la première édition de son Observatoire du rapport au prix. Nous y reprenons et approfondissons les grands thèmes abordés de notre étude sur le prix juste conduite en 2008 au Crédoc : la compréhension que les Français ont des mécanismes de formation des...
  • Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques : quelques places disponibles !
    Il reste quelques places au sein du M2 Consultants et chargés d'études socioéconomiques de l'Université Paris-Diderot.   Les dossiers de candidature seront à télécharger du 25 août au 4 septembre 2014 sur le site de l'Université :...
  • Consommations émergentes : la fin d'une société de consommation ?
    Le 21 janvier dernier s'est tenu le premier colloque du Cercle de l'ObSoCo, organisé par l'ObSoCo, le master Consultants et Chargés d'études socioéconomiques de l'Université Paris Diderot, le Ladyss, avec le soutien du groupe La Poste et de Radio Moustic.   12...
  • Manuel d'étude de secteurs, volume 4 : les stratégies
    Vous avez été nombreux à me demander de mettre en ligne les autres volumes de mon "manuel" d'étude de secteurs (lequel, je le rappelle, commence à dater et n'a jamais été achevé). Voici donc le volume 4, consacré à l'analyse des stratégies d'entreprises. Il se décompose en deux...
  • Colloque Consommations émergentes : la fin d'une société de consommation ?
    L'ObSoCo (l'Observatoire Société et Consommation), le Ladyss (Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Territoires) et le master Consultants et chargés d'études socioéconomiques (CCESE) de l'Université Paris Diderot vous donnent rendez-vous le mardi 21 janvier de 14 à...
  • ITW L'Express : "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel"
    L'Express m'a fait l'honneur d'une double page d'interview dans son numéro de cette semaine, dont la cover est consacrée aux nouveaux comportements de consommation.   Pour accéder à l'Interview : cliquer ici      ...
  • 80% des Français ne font pas confiance aux assureurs
    La dernière étude conduite par Le Lab[1], Péoléo[2] et l’ObSoCo[3] sur l’état de la confiance des Français dans les sociétés d’assurance montre que pour 9 Français sur 10, la confiance est considérée comme un élément important pour être client d’une société d’assurance. Pourtant ils sont...
  • L'ObSoCo recrute un(e) chargé(e) d'études !
    L’ObSoCo (l’Observatoire Société et Consommation) recrute un chargé d’études pour participer à son développement dans le domaine de l’étude des nouveaux modes de consommation et des transformations du commerce. Profil recherché : Formation en sciences sociales (économie,...
  • L'hyper : la crise de la cinquantaine
    Eh oui ! L'hypermarché va bientôt fêter ses 50 ans.   Le premier hyer (invention française !) a ouvert ses portes le 15 juin 1963 à Sainte-Geneviève des Bois. S'il a encore de beaux restes, il accuse aussi son âge et doit faire face à la crise de la cinquantaine...
  • Enquête Les étudiants et la consommation collaborative
    Vous êtes étudiants ? Participez à l'enqupete sur les étudiants et la consommation collaborative que réalise les étudiants du master Consultants et chargés d'études socioéconomiques. Merci de consacrer quelques minutes à répondre à leurs questions sur :  ...
Liste complète

W3C

  • Flux RSS des articles

Wikio - Top des blogs - Economie

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Samedi 10 décembre 2011 6 10 /12 /Déc /2011 14:49
- Publié dans : Commerce et distribution

Dans le cadre du Labo de la confiance, l'agence Kuryo a demandé à l'ObSoCo de mesurer la confiance que les consommateurs placent dans les enseignes de la grande distribution alimentaire. On peut résumer la situation que décrit l'investigation approfondie que nous avons menée par la formule suivante : la situatione est grave mais pas désespérée... A l'heure où les enseignes mettent la satisfaction et la fidélisation des clients aux premiers rangs de leurs priorités, et alors que le secteur du commerce amorce son virage vers une approche servicielle, le déficit de confiance que met en évidence l'enquête est un signal d'alarme...

 

Le rapport complet de l'étude est téléchargeable gratuitement sur le site du Labo de la confiance.

Pour télécharger le rapport : cliquer ici.

Pour télécharger la synthèse : cliquer ici.

 

 

Résumé :

 

 

58 % déclarent ne pas avoir confiance dans les entreprises de la grande distribution alimentaire


Le secteur de la grande distribution n’échappe pas au sentiment général de défiance qu’expriment les Français à l’égard des institutions et des grandes entreprises. 58 % déclarent ne pas avoir confiance dans les entreprises de la grande distribution alimentaire. C’est moins que pour les banques et les voyagistes, mais c’est plus que pour les grandes enseignes de l’habillement ou celle du bricolage.

 

 

Si la compétence des enseignes est reconnue, leur intégrité et leur bienveillance à l’égard des consommateurs sont mises en cause


Il est pertinent d’étudier la confiance des consommateurs selon ses 3 composantes : la compétence, l’intégrité et la bienveillance.

 

L’agrégation de résultats obtenus alors conduit à un indice synthétique de la confiance des Français dans les enseignes de la grande distribution alimentaire qui s’établit à -0,20 sur une échelle allant de -10 (défiance absolue) à +10 (confiance totale).

 

En revanche, ce résultat faiblement négatif cache une grande disparité des composantes de la confiance.

 

La compétence (capacité effective de la Marque à satisfaire les attentes de ses clients) est bien notée alors que l’intégrité (sincérité de la démarche, honnêteté, respect des engagements) et la bienveillance (au sens de l’inclination de la Marque à prendre en compte les intérêts de ses clients) sont négativement évaluées.

 

Sur le plan de l’intégrité, c’est principalement la crédibilité des engagements des enseignes qui est mis en cause, en particulier ceux relatifs à la responsabilité sociale. Sur le plan de la bienveillance, elles souffrent de la conviction largement partagée que la convergence entre les intérêts des enseignes et ceux des consommateurs atteint rapidement ses limites : les enseignes sont ainsi soupçonnées de profiter des épisodes inflationnistes pour améliorer leurs marges, à inciter les clients à dépenser trop, à ne pas être enclines à prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire des consommateurs…

 

 

Un contraste entre l’image négative de la grande distribution en général et l’évaluation positive des enseignes en particulier


La prééminence de la défiance dans la relation que les Français nouent avec la grande distribution alimentaire prise dans son ensemble contraste avec la confiance qui marque leur relation avec les enseignes prises une à une. La cote de confiance des enseignes est particulièrement forte auprès des clients qui les fréquentent à titre principal, alors que les non-clients expriment généralement de la défiance. Ce contraste témoigne de ce que la confiance est à la fois un antécédent et un résultat : l’attitude générale des consommateurs à l’égard de la grande distribution est globalement négative ; ils tendent donc à aborder chaque enseigne avec méfiance. Pourtant, l’expérience de la fréquentation régulière d’une enseigne engendre généralement d’un bon niveau satisfaction qui s’accompagne d’un niveau élevé de confiance.

 

 

Gagner la confiance : deux stratégies à mettre en œuvre


Les résultats de l’enquête conduisent ainsi à une double recommandation stratégique en direction des enseignes : pour ce qui est des clients acquis, renforcer le capital de confiance par la satisfaction, par la récompense ostensible de la fidélité, ainsi que par le renforcement de l’image sur le plan de l’engagement sociétal et de la convergence de ses intérêts avec ceux de ses clients. Pour ce qui est de la conquête de nouveaux clients, il s’agit avant tout de vaincre une attitude de défiance a priori. A chaque enseigne de découvrir les moyens de montrer patte blanche sur les différents registres de la confiance. Autrement dit, rien ne sert de matraquer un message de prix bas si les conditions de crédibilité de l’enseigne n’ont pas été au préalable réunies.

 

 

Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés