Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Economie

Recherche

Ce blog va bientôt cesser d'exister, tout du moins de manière autonome. Le blog de l'Observatoire Société et Consommation (L'ObSoCo) prend progressivement la suite. D'ores et déjà les archives de ce blog y ont été transférées et chaque nouveau billet posté ici est également publié sur le site de l'ObSoCo. Je partagerai le blog de l'ObSoCo avec Nathalie Damery et Robert Rochefort, qui ont fondé avec moi l'Observatoire Société et Consommation, ainsi qu'avec l'ensemble des membres du Cercle de l'ObSoCo... A suivre !!

 

 

http://www.asso-lobsoco.org/le-blog-de-l-obsoco.html

 

 

Contact

3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 18:00

Point de vue publié dans Le Monde.fr le 3 mai 2010

 

 

La consommation a été le parent pauvre du Grenelle de l’environnement. Après l’abandon de la taxe carbone, le Grenelle s’incarnera pour les consommateurs principalement au travers de l’étiquetage environnemental qui devrait entrer en vigueur en 2011. C’est significatif, mais c’est peu, alors que les actions dans le champ de la consommation ont une portée symbolique forte et que les Français, comme les enquêtes le montrent, aspirent à « consommer mieux ». Le modèle de consommation hérité du capitalisme industriel est dans l’impasse. Le transformer exigera que les consommateurs fassent l’apprentissage de nouveaux comportements et que les entreprises qui cherchent à satisfaire leurs attentes changent leurs modèles économiques. Un processus long et complexe qui doit être engagé sans attendre et qui suppose un déplacement du cadre institutionnel.

 

Il est peut être temps de mettre en discussion une vieille revendication du mouvement consumériste : l’allongement de la durée de garantie sur les biens de consommation. D’une durée légale d’un an, la garantie du fabricant pour les biens durables pourrait être allongée – par paliers – à 10 ans. Dans le même mouvement, le principe de la garantie pourrait être étendu aux biens semi-durables, tels que les vêtements et les chaussures, qui en sont aujourd’hui exclus. Assortir la mise d’un produit sur le marché d’une garantie du fabricant d’une durée significative participerait d’un travail d’ingénierie institutionnelle visant à favoriser la transition vers un modèle de consommation « qualitatif », dont le fondement réside moins dans l’achat de produits que dans l’obtention « d’effets utiles » pour le consommateur. Expliquons-nous.

 

Qui n’a pas fait l’expérience d’un appareil électroménager frappé d’une panne fatale après seulement quelques années d’utilisation ? Étant donné le prix de la réparation, l’appareil est alors remplacé pour un nouveau dont la durée de vie risque d’être plus courte encore. Sur des marchés de renouvellement, le chiffre d’affaires dépend négativement de la durée de vie des produits… Cette logique économique, source de déception pour les consommateurs, conduit à un gaspillage de ressources devenu inacceptable. Allonger substantiellement la durée de la garantie du fabricant incitera ce dernier à revoir la conception de ses produits car, à défaut, il risquerait de se ruiner en interventions de dépannage. Des produits plus fiables, à la durée de vie plus longe, conçus pour en faciliter la maintenance… sont évidemment des produits plus vertueux sur le plan environnemental.

 

L’allongement de la durée de la garantie peut être également pensé comme une mesure de politique industrielle. Les importations de produits bas de gamme pourront difficilement assumer le coût d’une telle obligation. Les industriels européens trouveront là de quoi desserrer une concurrence destructrice et valoriser leurs atouts sur le plan de la qualité et de l’innovation. Pour être en mesure d’assurer la garantie, ils devront à leur tour exiger de leurs fournisseurs des composants de qualité. Le risque d’un effet négatif sur l’emploi lié à la baisse des quantités produites se trouverait contrebalancé par les créations d’emplois (non délocalisables) dans le champ de l’entretien et de la réparation.

 

On pourrait opposer qu’une telle mesure provoquerait l’augmentation des prix. Il convient cependant de souligner les conséquences de la non qualité sur le pouvoir d’achat (en particulier des plus modestes, souvent condamnés au bas de gamme) : en la matière ce qui importe en réalité est le coût complet de satisfaction d’un besoin, qui fait intervenir le prix des produits bien sûr, mais aussi le coût des consommations annexes (énergie, consommables…) et la durée de vie du produit. C’est la raison pour laquelle le moins cher n’est pas toujours le moins coûteux. Inciter à l’amélioration de la qualité pourrait réduire le coût d’usage sur la durée de vie du produit. Le problème devient alors un problème de financement de l’accès aux effets utiles Les sociétés de crédit à la consommation, en quête de légitimité, auront ici à inventer des formes de financement de la qualité, par exemple des crédits qui s’étendent sur toute la durée de la garantie. Les fabricants pourront tester des formules proches de la location. On aura alors fait un grand pas en direction d’une économie de la fonctionnalité, où l’on paie un usage davantage que l’acquisition d’un droit de propriété, où la vente de services se substitue à la vente de biens. Constituer une étape dans un processus devant conduire au découplage entre la croissance de la consommation et la consommation de ressources,  ne serait pas la moindre des vertus de cette mesure simple, à forte portée symbolique. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Consommation et modes de vie
commenter cet article

commentaires

Nils T. 03/05/2010 21:30



Je suis très favorable au principe d'une garantie étendue pour des biens durables ; le scandale des pratiques concernant les vendeurs et réparateurs d'électroménager a fait l'objet d'un reportage
d'Envoyé spécial il y a quelques mois. Je suis ravi que le Monde ait ouvert ses colonnes à votre article !


Une des raisons invoquées par les industriels pour renouveler constamment leurs gammes est la contrefaçon dont ils se disent victimes. En éditant des petites séries, ils compliquent le travail de
ceux qui les copient et ils revendent plus facilement leurs propres composants quand l'appareil tombe en panne. Si l'appareil reste sous garantie, je crois que le problème des copies de
pièces détachées ne se pose plus.


Des produits moins nombreux, mieux connus, plus fiables, plus faciles à comparer dans la durée… Vive l'émergence de la consommation responsable !



Les Articles Récents

  • Le "faire" comme composante d'une "bonne consommation"
    The Conversation a publié les textes reprenant les propos tenus par les membre du Cercle de l'ObSoCo durant le colloque "Dé-penser la consommation" qui s'est tenu le 26 janvier 2017. Merci à The Conversation, l'ESCP, le master MECI de Paris Diderot, le...
  • Extension du domaine du consumérisme
    Ci-dessous, le texte de mon entretien avec Côme Bastin, publié dans Socialter d'août-septembre 2016 et repris dans le OuiShare Magazine le 1er septembre 2016. Pour lire l'interview sur le site de OuiShare Magazine,cliquez ici. Faut-il comprendre, à la...
  • Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques : ultime session de recrutement
    Dernière fenêtre de tir pour postuler à l'entrée du Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris Diderot. Ouverture de l'application e-candidat entre le 25 et le 30 août 2016, pour une épreuve écrite de sélection le...
  • Parution de "La société malade de l'hyperconsommation"
    Mon nouveau livre, La société malade de l'hyperconsommation, sort en librairie aujourd'hui. Dans cet essai, je tente d'établir un lien entre le malaise qui saisit la société française (et plus généralement les sociétés occidentales) - de la jeunesse tentée...
  • Master CCESE : deuxième session de recrutement
    La première session de recrutement pour la prochaine rentrée du M2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris-Diderot est terminée. Les dossiers de candidatures pour la deuxième session doivent être adressé sur le site de...
  • M2 CCESE : Lancement du recrutement de la nouvelle promo
    La compagne de recrutement de la prochaine promotion de Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" démarrera le 15 avril 2016. Inscription sur www.univ-paris-diderot.fr. Plus d'info sur www.ccese.info.
  • Pour une "bonne consommation"
    S'il semble peu réaliste de prôner la "déconsommation" ou la frugalité, les limites du modèle de consommation actuel sont de plus en plus évidentes, sur le plan environnemental bien sûr, mais aussi sur le sociétal. Dans cette vidéo, j'esquisse ce que...
  • Economie collaborative : menace ou opportunité pour le capitalisme ?
    A l'invitation de l'Association des chercheurs en enseignants tunisiens en France, je donnerai une conférence ouverte au public sur le thème "L'économie collaborative : menace et opportunité pour le capitalisme" le mercredi 13 avril 2016 à 19 h à la Cité...
  • La location, l'avenir du marché de l'habillement ?
    Une petite vidéo tournée en soutien à la levée de fond lancée par l'Habitbliothéque sur KissKissBankBank.
  • Portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention"
    Les portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention" de l'Université Paris-Diderot se dérouleront le mardi 22 mars 2016 dans l'amphi 10 E du bâtiment de la Halle aux Farines. Nous y présenterons l'esprit général du master,...