Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Economie

Recherche

Ce blog va bientôt cesser d'exister, tout du moins de manière autonome. Le blog de l'Observatoire Société et Consommation (L'ObSoCo) prend progressivement la suite. D'ores et déjà les archives de ce blog y ont été transférées et chaque nouveau billet posté ici est également publié sur le site de l'ObSoCo. Je partagerai le blog de l'ObSoCo avec Nathalie Damery et Robert Rochefort, qui ont fondé avec moi l'Observatoire Société et Consommation, ainsi qu'avec l'ensemble des membres du Cercle de l'ObSoCo... A suivre !!

 

 

http://www.asso-lobsoco.org/le-blog-de-l-obsoco.html

 

 

Contact

12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 09:36

Cela faisait bien longtemps (depuis le magasin Carrefour de Melun Sénart à la fin des années 90 ?) que le concept hypermarché n'avait pas fait l'objet de tentatives d'innovation significatives. Il est vrai que la vague de panique entraînée au cours de la première moitié des années 2000 par la perte de terrain des hypers face à la forte progression du hard-discount avait plutôt eu pour effet d'amener les distributeurs à renouer avec l'orthodoxie : mettre la pédale douce sur l'innovation et restaurer la compétitivité-prix, tant au niveau des étiquettes qu'à celui de l'image-prix renvoyée par l'aménagement du point de vente. Ceci au détriment de l'approfondissement de la réflexion sur les moyens d'adapter ces paquebots du commerce aux nouveaux comportements de consommation et d'accroître la différenciation entre les enseignes, le meilleur rempart contre une concurrence frontale par les prix destructrice de rentabilité.

Signe que, sans doute, la grande distribution est en train d'amorcer un virage (ou, plutôt, de renouer avec une dynamique amorcée dans les années 90), le groupe Casino reprend l'initiative de l'innovation dans le format hyper avant l'inauguration d'un nouveau concept à Clermont Ferrand. Le groupe réalise en fait ici la synthèse d'un certain nombre d'expérimentations menées ici et là depuis deux ans dans différents magasins de son réseau. L'effort d'innovation se concentre sur les deux univers de consommation les plus stratégiques pour la périnnisation de la croissance et de la rentabilité : le non-alimentaire et les produits frais. Le renouvellement de l'approche du non alimentaire est particulièrement sensible dans les univers de la maison, de la culture ou encore de l'habillement. Les codes couleurs, le mobilier, la "théâtralisation" des produits... concourrent à créer une identité forte pour chacun de ces univers de consommation et participe d'une tendance à la "départementalisation" de l'hyper. Le traitement des produits frais reprend un certain nombre d'idées expérimentées dans le concept Le marché de Casino. L'approche se veut qualitative : le choix est important, les fruits et légumes sont présentés sur table, les produits fragiles sont brumisés et - réponse à la demande de rassurance et à la quête de sens - on retrouve une signalétique mettant en avant l'identification des producteurs. Une gamme étendue de produits de snaking est mise en valeur sous le label L'instant express. Le magasin est spatieux, confortable, la décoration soignée, la signalitique repensée, la circulation plus respectueuse de la diversité des motifs de fréquentation (trois entrées). Conscients du risque de véhiculer une image-prix pénalisante, les promoteurs du nouveaux concepts ont multiplié les "stops-rayons" affichant la promesse du remboursement de 10 fois la différence pour les clients qui trouveraient moins chers ailleurs...

On demeure certes dans une logique l'innovation plus incrémentale que radicale. Les premières semaines d'exploitation semblent témoigner d'une forte attractivité du nouveau concept. Si le succès se confirme, ce Géant nouvelle formule pourrait marquer le point de départ d'une nouvelle orientation de la dynamique concurrentielle au sein du secteur. La mobilisation de l'énergie innovatrice de l'ensemble des acteurs pourrait alors conduire à une révision plus profonde des fondamentaux du concept hyper, avec à la clé, peut-être, une chance de remettre cet archétype de la distribution de masse davantage en phase avec les fondamentaux de la consommation d'aujourd'hui.

Pour une visite virtuelle du magasin, je vous recommande vivement de visualiser la vidéo proposée par Oliver Dauvers sur son excellent site consacré à l'actualité de la distribution et de la grande conssommation, en cliquant ici...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Dougin 09/07/2007 14:27

Bonjour,
Il me semble que le magasin "Carrefour" de Senart dont vous parlez en début dfe papier soit en réalité un Auchan (déjà!) : il s'agit de l"hyerpamarché Auchan de Carré-Sénart, qui dévoilait en effet un univers trsè "cosi" éloigné de ce que les hypers avaient jusqu'alors l'habitude de faire. Ou d'ailleurs l'espace culturel (disques & livres) ressemblait curieusement aux allées de la Fnac. Il semble que les hypers soient revenus de cette "débauche" de moyens. Le magasin de Carré Senart a d'ailerus eu beaucoup de mal a trouver son rythme de croissière et a rentabiliser le montant des investissements au m².

Philippe MOATI 09/07/2007 14:46

Le magasin Auchan auquel vous faites allusion est celui de Val d'Europe, ouvert il est vrai un tout petit peu avant le Carrefour de Carré Sénart, et plus audacieux encore que ce dernier. Il y a certainement beaucoup à dire et à redire sur ces deux expérimentations. Elles témoignaient toutefois d'une dynamique d'innovation qui s'est tarie par la suite et avec laquelle les grands acteurs du secteur semblent aujourd'hui prêts à renouer.

Les Articles Récents