Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Economie

Recherche

Ce blog va bientôt cesser d'exister, tout du moins de manière autonome. Le blog de l'Observatoire Société et Consommation (L'ObSoCo) prend progressivement la suite. D'ores et déjà les archives de ce blog y ont été transférées et chaque nouveau billet posté ici est également publié sur le site de l'ObSoCo. Je partagerai le blog de l'ObSoCo avec Nathalie Damery et Robert Rochefort, qui ont fondé avec moi l'Observatoire Société et Consommation, ainsi qu'avec l'ensemble des membres du Cercle de l'ObSoCo... A suivre !!

 

 

http://www.asso-lobsoco.org/le-blog-de-l-obsoco.html

 

 

Contact

15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 13:42

Chronique publiée dans L'Usine Nouvelle, n° 3151, 11 juin 2009.

L'ouverture très médiatisée de la nouvelle mouture de l'hypermarché Carrefour de la Porte d'Auteuil à Paris a relancé la polémique sur la modernisation du passage en caisse et le risque qu'elle fait peser sur l'emploi des caissières. En test depuis plusieurs années, le self check-out[1] et le self scanning[2] bénéficient d'un déploiement accéléré. Il y a un an, à Rennes, un hyper Intermarché dévoilait une ligne de 50 caisses dont 40 équipés d'automates. En janvier, Carrefour annonçait qu'il entendait déployer entre 1000 et 1500 automates en deux ans. Favorisée par l'arrivée à maturité des technologies et la banalisation progressive de ces dispositifs auprès des consommateurs, cette accélération est surtout à mettre sur le compte de l'urgence qu'il y a à réduire les coûts dans le contexte actuel de déprime de l'activité et d'exacerbation de la concurrence par les prix.

 

On s'inquiète, bien sûr, pour les emplois des quelque 130 000 caissières. Les simulations que nous avons réalisées au CRÉDOC indiquent que la combinaison d'une mauvaise conjoncture et d'un déploiement accéléré des nouveaux dispositifs d'encaissement pourrait conduire à réduire de près de 40 000 postes l'emploi dans le commerce alimentaire à l'horizon 2015. Une rupture pour un secteur qui, jusque là, a toujours été créateur d'emplois. Le débat est engagé. Faut-il s'émouvoir de la disparition d'emplois pourtant si longtemps décriés pour leur pénibilité ?

 

Rappelons que les gains de productivité sont le principal moteur de la croissance économique. L'histoire est riche d'épisodes au cours desquels les travailleurs se sont révoltés contre un progrès technique perçu comme une menace sur l'emploi. Et pourtant, depuis la révolution industrielle, le nombre d'emplois est en croissance tendancielle continue et le niveau de vie des salariés s'est amélioré de façon spectaculaire. On oublie trop souvent que, malgré le chômage de masse, l'économie française compte aujourd'hui près de 25 % d'emplois de plus qu'en 1970. Le mécanisme qui lie les gains de productivité à la croissance est bien connu. Les gains réalisés dans un secteur en particulier permettent la baisse des prix de ses produits. Les gains de pouvoir d'achat ainsi réalisés permettent d'accroître la demande globale, ce qui profite en particulier aux secteurs qui s'adressent aux besoins non satisfaits de la population. C'est ainsi, à grands traits, que le développement de l'industrie s'est en partie bâti sur les gains de productivité de l'agriculture et que l'expansion des services se nourrit de ceux de l'industrie. A leur tour, grâce aux nouvelles technologies, les services améliorent leur productivité. Où irons donc se déverser le pouvoir d'achat et les emplois ainsi libérés ? A moins d'admettre que les besoins sont saturés et que les entreprises sont devenues incapables d'innover, de nouvelles activités prospéreront et créeront des emplois. Le véritable problème est qualitatif. Les services, et la grande distribution en particulier, vont détruire de l'emploi peu qualifié, celui qui déjà a été mis particulièrement à mal dans les secteurs exposés à la concurrence internationale. L'immensité des besoins en matière de services à la personne indique qu'il y a ici un gisement considérable d'emplois potentiels. Les gouvernements successifs ne s'y sont pas trompés. Malgré la crise et l'effort d'assainissement des finances publics à venir, l'effort en direction de ces emplois doit être intensifié, non seulement par la solvabilisation de la demande, mais aussi par la professionnalisation des emplois. Pour que « service » ne soit pas vécu comme « servitude », mais aussi pour que l'on n'en vienne pas à regretter ce bons vieux temps où les caissières jouaient les OS du commerce.


 

[1] Le client utilise une caisse en libre service.

[2] Equipé d'une douchette, le client scanne chaque produit au moment où il le dépose dans son caddy et règle à la sortie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Consommation et modes de vie
commenter cet article

commentaires

Moggio 22/06/2009 21:37

Merci pour ce billet, en particulier la première moitié de son troisième paragraphe qui rappelle bien les éléments de réponse de l'économiste à la make-work fallacy.

Les Articles Récents

  • Le "faire" comme composante d'une "bonne consommation"
    The Conversation a publié les textes reprenant les propos tenus par les membre du Cercle de l'ObSoCo durant le colloque "Dé-penser la consommation" qui s'est tenu le 26 janvier 2017. Merci à The Conversation, l'ESCP, le master MECI de Paris Diderot, le...
  • Extension du domaine du consumérisme
    Ci-dessous, le texte de mon entretien avec Côme Bastin, publié dans Socialter d'août-septembre 2016 et repris dans le OuiShare Magazine le 1er septembre 2016. Pour lire l'interview sur le site de OuiShare Magazine,cliquez ici. Faut-il comprendre, à la...
  • Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques : ultime session de recrutement
    Dernière fenêtre de tir pour postuler à l'entrée du Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris Diderot. Ouverture de l'application e-candidat entre le 25 et le 30 août 2016, pour une épreuve écrite de sélection le...
  • Parution de "La société malade de l'hyperconsommation"
    Mon nouveau livre, La société malade de l'hyperconsommation, sort en librairie aujourd'hui. Dans cet essai, je tente d'établir un lien entre le malaise qui saisit la société française (et plus généralement les sociétés occidentales) - de la jeunesse tentée...
  • Master CCESE : deuxième session de recrutement
    La première session de recrutement pour la prochaine rentrée du M2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris-Diderot est terminée. Les dossiers de candidatures pour la deuxième session doivent être adressé sur le site de...
  • M2 CCESE : Lancement du recrutement de la nouvelle promo
    La compagne de recrutement de la prochaine promotion de Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" démarrera le 15 avril 2016. Inscription sur www.univ-paris-diderot.fr. Plus d'info sur www.ccese.info.
  • Pour une "bonne consommation"
    S'il semble peu réaliste de prôner la "déconsommation" ou la frugalité, les limites du modèle de consommation actuel sont de plus en plus évidentes, sur le plan environnemental bien sûr, mais aussi sur le sociétal. Dans cette vidéo, j'esquisse ce que...
  • Economie collaborative : menace ou opportunité pour le capitalisme ?
    A l'invitation de l'Association des chercheurs en enseignants tunisiens en France, je donnerai une conférence ouverte au public sur le thème "L'économie collaborative : menace et opportunité pour le capitalisme" le mercredi 13 avril 2016 à 19 h à la Cité...
  • La location, l'avenir du marché de l'habillement ?
    Une petite vidéo tournée en soutien à la levée de fond lancée par l'Habitbliothéque sur KissKissBankBank.
  • Portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention"
    Les portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention" de l'Université Paris-Diderot se dérouleront le mardi 22 mars 2016 dans l'amphi 10 E du bâtiment de la Halle aux Farines. Nous y présenterons l'esprit général du master,...