Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikio - Top des blogs - Economie

Recherche

Ce blog va bientôt cesser d'exister, tout du moins de manière autonome. Le blog de l'Observatoire Société et Consommation (L'ObSoCo) prend progressivement la suite. D'ores et déjà les archives de ce blog y ont été transférées et chaque nouveau billet posté ici est également publié sur le site de l'ObSoCo. Je partagerai le blog de l'ObSoCo avec Nathalie Damery et Robert Rochefort, qui ont fondé avec moi l'Observatoire Société et Consommation, ainsi qu'avec l'ensemble des membres du Cercle de l'ObSoCo... A suivre !!

 

 

http://www.asso-lobsoco.org/le-blog-de-l-obsoco.html

 

 

Contact

9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 16:35

Une petite vidéo réalisée par 18-35 pour les sites de l'Express et du Nouvel Observateur. A très grands traits, quelques unes des questions traitées dans le rapport CAE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe MOATI - dans Consommation et modes de vie
commenter cet article

commentaires

JUBEAU Florian 22/04/2009 22:17

Bonjour, Actuellement en Terminale Stg, je me prépare à faire un devoir maison sur le décalage perçue par les ménages de leur pouvoir d'achat et sa mesure officielle par l'INSEE. Ce sujet étant très intéressant, je souhaitasi participer au commentaire de Matthieu.Je suis tout à fait d'accord avec ce qu'il dit, c'est-à-dire qu'en fait seuls les produits essentiels à la survie d'un ménages ont augmentés... Vous parlez dans la vidéo du petit noir du comptoir et de la baguette de pain, mais pour moi c'est normal je pense que les français ne font attention qu'à ce genre de produits de consommation courante... Les produits High Tech ne sont que secondaires et ne devraient pas constituer la mesure du pouvoir d'achat des ménages mais bien les produits essentiels seulement. Je ne suis peut être pas très clair, je m'en excuse...

Philippe MOATI 26/04/2009 17:42


Vous êtes très clair au contraire ! Bravo pour l'intérêt que vous portez à ces questions et bonne chance pour le DM...


JALKH Matthieu 25/03/2008 00:02

Bonjour M. MOATIétant un de vos anciens éléves j ai appris que vous aviez mis en place un Bolg, ayant été tres curieux de connaitre vos remarques et analyses j'ai souhaité y lire quelques articles et voir quelques uns de vos commentaires.     J aimerais si vous souhaitez connaitre mon point de vue concrenant votre interview sur le sujet du "comment s'explique le decalage entre le ressentie des menages...et l'evolution du pouvoir d'achat", sujet en soit tres partisan puisqu'indirectement prenant parti pour "un declage" entre ressenti et "realité".   Je souhaiterais en effet si vous le permettez critiquer votre analyse.   En effet, le point qui m'interpelle le plus est celui ou vous indiquez que le pouvoir d'achat n'a que faiblement baissé et qu il ne s'agit que d'une illusion, vous donnez en exemple le cas de quelques produits de bases qui ont en effet aumenté (la baguette de pain etc...). De l'autre coté vous mettez en evidence le fait que certains bien High tech ont sensiblement diminués (Ordinateur portable, lecteurs MP3, DVD....).  Deux remarques à ce sujet, la première au niveau theorique... est que vous nous donnez l'impression qu'au niveau global (ou bien en jargon economique) le niveau de l'inflation general des prix (le pouvoir d'achat n'étant que la composante visible "de l Iceberg") n'a pas été aussi important qu on le croit? pourtant si je ne me trompe de nombreuses statistques demontrent qu il y eu une inflation tres importante en zone Euro (avoisinant les 20% en espagne, au potugal et dans les pays dits latins et  pres de 5% en France selon l'INSEE etc...,) comme vous le savez tres bien en tant qu'economistes nous pouvons faire dire "n'importe quoi" aux chiffres, donc si reellement l'INSEE a mis en place des indicateurs de calcul qui montrent comme vous l'affirmez une inflation des prix assez faible depuis l'introduction de l'Euro par rapport a la croissance economique en France, je pense qu il faudrait peut etre s'interroger sur l'objectivité de la chose etant donné que nos economies en zone euro sont de plus liés il serait peut etre interressant de se demander comment une telle disparité d'inflation peut avoir lieu entre la France et l'Espagne par exemple...). Par ailleurs et si je ne me trompe meme si la croissance economique dans la zone Euro a été plus ou moins importante en France depuis l'introduction de l'Euro la croissance economique n'a été que tres faible (je n ai toutefois pas de chiffres à avancer mais nul besoin d'etre economiste pour s'en appercevoir).   Le deuxieme point plus concret et moins theorique  est que vous semblez minimiser l'importance des exemples avancés concernant les produits qui ont vu leur prix flambés voir vous omettez egalement de siter les exemples les plus importants ( l'immobilier et l'essence par exemple ).  De l'autre coté vous soulignez  l'exemple de quelques bien High tech.   Le probleme est que d'une part ses produits qui ont vu leur prix flambés sont des produits de bases essentiels qui composent le panier d'un menage, et vous oubliez surtout de mentionner l'augmentation  phenomenal du prix de l'immobilier de quoi en resulte une flambé general sur beaucoup d'autre produits biens et services.   Sachant donc qu'un menage pour survivre a besoin de depenser une parti de plus en plus importante a ses besoins primaires/essentiels (logement, nourriture, vetements, essence, transport..) nous pouvons alors effectivement affirmer que la baisse du pouvoir d'achat n'est pas qu une simple illusion, elle est effective...  J'irais meme plus loin en remettant en cause l'indicateur qui calcul le pouvoir d'achat (peut on vraiment mettre au meme plan dans la composition du pouvoir d'achat des besoins essentiel a des besoins futils tel qu'un DVD ou un lecteur MP3 ?!!!....).   En effet, il y eu des baisses remarquables dans le secteur de l equipement en bien informatique et autre produits High tech qui ne sont pas du tout essentiel a la survie d'un menage (est il si important que ca qu un menage puisse posseder un protable dernier cri ou bien un nouveau lecteur DVD au vu des ses besoin en logement, gaz, nourriture, essence et...meme en comunication telephonqiue....Dans les faits  nous pouvons constater que peu voir aucun produits essentiel hormis quelques produits "futils" n'a vu son prix diminuer...   Et enfin comme tous le monde la constaté le niveau general des salaires n'a que faiblement voir pas du tout augmenté.  Donc si nous resumons la chose à l'equation suivante:augmentation sensibles des produits essentiels composant le panier des menages voir augmention generalisée (a part dans certains secteurs)   et de l autre tres peu d'augmentation des salaires cela nous amene effectivement à dire que les menages ont vu leur pouvoir d'achat baissé..  Je pense qu'il faudrait en effet mettre en place un indicateur qui calcul le pouvoir d'achat des francais mais que cet indicateur donne un coefficient plus ou moins important des besoins essentiels composant le panier des menages. 

Philippe MOATI 28/03/2008 09:38



Je me souviens très bien de vous. Je vous remercie de l'attention que vous avez portée à mon blog et à mes propos ainisi, surtout, de ce long commentaire. Je le trouve très représentatif de ce
fameux décallage entre le mesuré et le perçu. Les réponses détaillées à vos questions se trouvent dans notre rapport pour le CAE. Je vous réponds cependant brièvement :

- Concernant le rythme de l'inflation en France : il s'est produit, il est vrai, un dérappage inflationniste au moment du passage à l'euro (en réalité, un petit peu avant et un petit peu après).
Les ménages y ont sur-réagi sans doute à la fois parce que le dérappage a été particulièrement sensible sur les produits de grande consommation (loi Galland) et parce que ces hausses ont été
perçues comme illégitimes. L'inflation est rapidement revenue à un rythme tout à fait raisonnable, mais l'inflation perçue est restée élevée, alors même qu'elle avait tendance à rejoindre
l'inflation mesurée dans les autres pays de la zone euro.

- Ce décallage entre l'inflation mesurée et l'inflation perçue est sans doute en train de s'accroître puisque les ménages sont très sensibles à l'envolée des étiquettes dans les supermarchés et
que la presse se fait régulièrement l'écho des dérappages incontrôlés de certains prix. Pourtant, selon l'INSEE, l'inflation dans l'alimentaire n'a été que de 4,8 % au cours des 12 derniers mois
(ce qui est déjà beaucoup).

- Ensuite, vous souhaitez établir une différence de nature entre les produits dont les prix augmentent et ceux dont les prix baissent. Là aussi, c'est une source d'écart entre le mesuré le perçu.
Je rappelle que dans l'indice des prix, chaque produit est pondéré par le poids qu'il représente dans la dépense totale des ménages. Mais il est vrai que l'on ne mange pas d'ordinateurs...C'est
dans cet esprit que des calculs de croissance du pouvoir d'achat du revenu libéré ont été réalisés. Le revenu libéré, c'est ce qu'il reste aux ménages lorsqu'ils ont fait face aux dépenses
"contraintes". Evidemment, se pose la question de la définition des dépenses contraintes. C'est moins simple qu'il n'y paraît (voir le rapport de la Commission Quinet à laquelle j'ai participé).
En tout état de cause, lorsque le pouvoir d'achat est mesuré, non pas sur le revenu disponible mais sur le revenu libéré, on observe que sa croissance est encore plus modeste, en raison de
l'inflation qu'ont connu les dépenses contraintes au cours des dernières années. De surcroît, les ménages les plus modestes ont été plus directement affectés par cette inflation. Il est donc
certain qu'une proportion non négligeable de ménages - en particulier parmi les plus modestes - ont souffert d'une dégradation de leur niveau de vie. Malheureusement, dans l'état actuel de
l'appareil statistique, il n'est pas possible de préciser ce nombre. L'INSEE travaille sur la question et l'on devrait prochainement pouvoir y voir plus clair.

Voila, j'espère avoir à peu près répondu à vos remarques.
J'aimerais bien savoir ce que vous êtes devenu...



gaellebc 03/03/2008 18:57

bonjourje voulais savoir où en était la rédaction du rapport sur les promotions , les soldes... qui devait être remis le 29/02 par le GT que vous présidez avec Valérie Expert

Philippe MOATI 04/03/2008 08:54

Bonjour. Vous êtes bien informé. Le calendrier a été un petit peu modifié. Le groupe de travail a terminé ses travaux hier et nous mettons la dernière main à la rédaction du rapport. Celui-ci sera remis aux ministères concernés demain au plus tard. Toutefois la présentation aux Ministres a été repoussée à la fin du mois de mars. Rien ne sera rendu plublic avant cette date. Je précise que le groupe de travail devait plancher non seulement sur les soldes mais plus généralement sur "les mécanismes de réduction de prix". A suivre...

Les Articles Récents

  • Le "faire" comme composante d'une "bonne consommation"
    The Conversation a publié les textes reprenant les propos tenus par les membre du Cercle de l'ObSoCo durant le colloque "Dé-penser la consommation" qui s'est tenu le 26 janvier 2017. Merci à The Conversation, l'ESCP, le master MECI de Paris Diderot, le...
  • Extension du domaine du consumérisme
    Ci-dessous, le texte de mon entretien avec Côme Bastin, publié dans Socialter d'août-septembre 2016 et repris dans le OuiShare Magazine le 1er septembre 2016. Pour lire l'interview sur le site de OuiShare Magazine,cliquez ici. Faut-il comprendre, à la...
  • Master Consultants et chargés d'études socioéconomiques : ultime session de recrutement
    Dernière fenêtre de tir pour postuler à l'entrée du Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris Diderot. Ouverture de l'application e-candidat entre le 25 et le 30 août 2016, pour une épreuve écrite de sélection le...
  • Parution de "La société malade de l'hyperconsommation"
    Mon nouveau livre, La société malade de l'hyperconsommation, sort en librairie aujourd'hui. Dans cet essai, je tente d'établir un lien entre le malaise qui saisit la société française (et plus généralement les sociétés occidentales) - de la jeunesse tentée...
  • Master CCESE : deuxième session de recrutement
    La première session de recrutement pour la prochaine rentrée du M2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" de l'Université Paris-Diderot est terminée. Les dossiers de candidatures pour la deuxième session doivent être adressé sur le site de...
  • M2 CCESE : Lancement du recrutement de la nouvelle promo
    La compagne de recrutement de la prochaine promotion de Master 2 "Consultants et chargés d'études socioéconomiques" démarrera le 15 avril 2016. Inscription sur www.univ-paris-diderot.fr. Plus d'info sur www.ccese.info.
  • Pour une "bonne consommation"
    S'il semble peu réaliste de prôner la "déconsommation" ou la frugalité, les limites du modèle de consommation actuel sont de plus en plus évidentes, sur le plan environnemental bien sûr, mais aussi sur le sociétal. Dans cette vidéo, j'esquisse ce que...
  • Economie collaborative : menace ou opportunité pour le capitalisme ?
    A l'invitation de l'Association des chercheurs en enseignants tunisiens en France, je donnerai une conférence ouverte au public sur le thème "L'économie collaborative : menace et opportunité pour le capitalisme" le mercredi 13 avril 2016 à 19 h à la Cité...
  • La location, l'avenir du marché de l'habillement ?
    Une petite vidéo tournée en soutien à la levée de fond lancée par l'Habitbliothéque sur KissKissBankBank.
  • Portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention"
    Les portes ouvertes Master "Métiers des études, du conseil et de l'intervention" de l'Université Paris-Diderot se dérouleront le mardi 22 mars 2016 dans l'amphi 10 E du bâtiment de la Halle aux Farines. Nous y présenterons l'esprit général du master,...